Commission-4-immobilier.com » Immobilier » Comment renégocier un prêt immobilier : que faut-il savoir ?

Comment renégocier un prêt immobilier : que faut-il savoir ?

Actuellement, tout le monde se soucie de la baisse des taux de prêts immobiliers, ce qui pousse la majorité des citoyens à penser à des solutions pour réduire les mensualités de l’emprunteur ou la durée du remboursement et, ainsi, garantir des économies plus intéressantes.

Dans quel cas renégocier un prêt immobilier ?

Afin de rentabiliser cette négociation, il faut d’abord que cette dernière se fasse au début de la vie du prêt, précisément aux trois premiers tiers de la période convenue, car c’est là où les intérêts représentent une grande part de la somme. Cependant, si l’emprunteur possède un emprunt à un taux supérieur aux taux actuels, la renégociation lui sera sûrement favorable.

Comment aboutir à une renégociation ?

Comme on le sait tous, créer des arrangements dans votre prêt immobilier n’est pas tout le temps rentable. Cependant, si les conditions citées ci-dessus sont présentes, il y a plusieurs combinaisons envisageables dont :

  • Travailler sur “l’image de l’emprunteur”, tout en montrant sa motivation et sa bonne intention au banquier, qui décidera des conditions du prêt selon le profil de la personne. Surtout s’il voit que l’emprunteur n’a pas d’endettements conséquents et qu’il gère ses comptes d’une manière intéressante.
  • Mettre en oeuvre la concurrence entre les banques, à travers une virée chez plusieurs banques. Vous saurez ainsi où trouver des offres plus intéressantes que d’autres. Et en parlant de votre expérience dans les nombreux établissements bancaires, vous serez avantagé car aucun banquier ne voudra perdre un client potentiel au dépend d’un prêt. En cas de besoin, il est possible de faire appel à des “courtiers” de crédit qui sont spécialisés dans la négociation.
  • Faire attention à l’assurance emprunteur qui représente 30% de la valeur du prêt. Mieux vaut opter pour une délégation d’assurance qui baisse le taux du crédit à 0,14% alors qu’une assurance de groupe tourne autour de 0,40%. Il ne faut pas négliger le fait que les banques n’ont pas le droit de refuser une assurance externe, donc il est plus raisonnable de jouer sur ce point.
  • Miser sur une garantie en forme de caution au lieu d’une hypothèque qui engendre beaucoup de frais supplémentaires.
  • Aborder les frais de dossier exigés par un bon nombre de banques, et toujours se référer à la valeur totale du prêt.

Il faut savoir que ces procédures de renégociations ne sont pas tout le temps acceptées. Dans ce cas là, il faut réfléchir à une autre solution qui est le rachat du crédit par une autre banque. Mais il faut faire attention parce que cette procédure peut engendrer des coûts supplémentaires, à cause du remboursement anticipé à l’ancienne banque. Pour cela, il faut essayer de faire des simulations de rachat pour voir où ça va mener.